Formation au code de la route

Obtenez facilement l'examen du code de la route

La formation à distance à l'examen du code de la route

Suivre une formation à distance : cette alternative est choisie de plus en plus souvent, que l’on cherche à initier les jeunes enfants aux savoirs rudimentaires ou que l’on entreprenne une reconversion professionnelle à l’âge adulte. Initialement privilégiée par les personnes éloignées de tout centre de formation, elle est assez fréquemment mobilisée, pour des raisons diverses et variées. Quels sont ses avantages ? Pourquoi est-elle particulièrement adaptée à la réussite du Code de la route ? Retrouvez toutes les informations utiles pour envisager la partie théorique du permis de conduire sans quitter votre domicile.

Aux origines de l’enseignement par correspondance

Les formations à distance apparaissent souvent comme des pratiques modernes, en accord total avec notre époque. Mais contre toute attente, leurs premières traces remontent au XIXe siècle. En effet, l’enseignement par correspondance a pu commencer dès lors que La Poste s’est déployée. Sachant que le timbre-poste a été créé en 1848 et que les pays industrialisés ont pu, dès cette époque, communiquer plus simplement, le contexte s’est rapidement prêté à la mise en place de systèmes d’apprentissage à distance.

Fréquemment, on attribue l’invention de l’enseignement par correspondance à Isaac Pitman. En 1840, à Londres, il a été le premier à solliciter le timbre-poste pour partager ses savoirs autour la sténographie, un procédé qu’il a lui-même inventé. En France, le premier cours par correspondance a été créé par Rose Hattemer — il s’agit d’un cours privé existant encore à l’heure actuelle !

Au fil du temps, les évolutions technologiques ont permis l’essor de l’enseignement par correspondance, mais aussi sa modernisation. En effet, on commence à utiliser le cinéma scolaire à Paris en 1907 — et la radio scolaire fait ses premiers pas au cours des années 1920. Avec la télévision, Internet et les applications mobiles, une nouvelle génération est née, celle de l’e-learning. Les méthodes sont toujours plus pointues, le suivi de plus en plus régulier et les modes d’apprentissage se diversifient d’année en année.

Quels sont les profils compatibles avec l’apprentissage à distance ?

Sur le plan pratique, l’enseignement à distance se destine avant tout aux personnes qui ne peuvent pas être présentes en cours. En premier lieu, les individus malades, handicapés ou hospitalisés profitent pleinement du dispositif pour continuer à se professionnaliser ou apprendre des notions rudimentaires, selon les cas. Par ailleurs, cette pratique peut intéresser des sujets bien différents : les salariés ou parents qui n’ont pas le temps de se rendre en cours en journée, par exemple, apprécient de se former hors de toute contrainte horaire.

En parallèle, les cours à distance permettent de dépasser les blocages géographiques. Ainsi, il devient possible d’obtenir des diplômes issus d’universités ou d’écoles à l’étranger, ou de suivre une formation dispensée dans une ville lointaine vers laquelle il est difficile, pour l’étudiant, de se déplacer. De nos jours, des cursus les plus basiques aux formations les plus spécifiques, on trouve de nombreuses alternatives pour travailler de chez soi.

Sur le plan financier, la formation à distance peut être économique. Elle a forcément un coût — mais celui-ci peut être relativisé lorsque l'on envisage certaines comparaisons. Concrètement, il est toujours plus avantageux de payer des cours à prendre chez soi plutôt que de déménager dans une région lointaine — ou d’effectuer des trajets coûteux et fatigants de façon quotidienne. Ainsi, pour des raisons de temps, en réponse à des contraintes géographiques, pour éviter de s’isoler quand on est malade ou encore pour optimiser ses finances, le recours à l’enseignement à distance se démocratise et intéresse des profils de plus en plus variés.

S’investir dans des cours à distance : une discipline requise

La liberté liée à l’enseignement à distance attire de nombreuses personnes : en effet, puisqu’il n’est plus nécessaire de se déplacer sur un lieu de formation, l’individu en période d’apprentissage peut choisir ses heures de travail, aménager son emploi du temps comme bon lui semble et réaliser ses exercices où il veut : dans sa chambre, sur son canapé, en écoutant de la musique ou même devant la télévision… Toutefois, pour augmenter ses chances de réussir, il faut s’imposer une certaine rigueur, car l’échec est toujours possible !

Pour commencer, la personne en formation doit systématiquement mettre en place des créneaux horaires entièrement dédiés au travail. S’il s’agit d’un salarié qui exerce déjà son métier toute la journée, il sera indispensable de se décider à travailler sur une durée déterminée, le soir ou le week-end. Pour des personnes coincées chez elles ou dans un hôpital, il est question de jouer avec les différentes contraintes pour se dégager du temps destiné à l’apprentissage. Il est primordial de pouvoir se consacrer aux cours en ayant la possibilité de se concentrer pleinement, car se former en autonomie est parfois difficile et demande beaucoup d’efforts.

Puisque personne n’oblige la personne en formation à se mettre au travail, cette dernière doit être capable de se persuader elle-même, de façon suffisamment régulière pour remplir ses objectifs. À la maison, l’idéal est de se consacrer aux études dans une pièce spécialement dédiée ou, au minimum, sur un bureau. Le travail devant la télévision ou dans le salon, avec les enfants, est vivement déconseillé, car il n’offre pas une concentration suffisante pour comprendre, mémoriser et bien réfléchir.

Et si l’on apprenait le Code de la route à distance ?

Au moment de passer le permis de conduire, la majorité des futurs conducteurs s’inscrit dans une auto-école, suit des leçons de code et se lance ensuite dans la pratique avec un enseignant. D’une façon générale, ce choix implique des déplacements très réguliers en auto-école. En effet, il faut venir s’entraîner au code au moins une à deux fois par semaine, car seule la régularité permet d’obtenir de véritables résultats. Parfois, l’établissement d’apprentissage est éloigné du domicile et, faute de moyen de transport, il n’est pas facile de s’y rendre.

Pour simplifier l’apprentissage du Code de la route, des formations à distance existent : elles se développent à grande vitesse, car elles représentent des avantages considérables. Il est tout à fait possible de se passer d’une auto-école pour candidater à l’épreuve théorique générale du permis de conduire. Dans la majorité des cas, ce choix est même profitable pour les apprentis conducteurs, pour des raisons variées.

Dans le cadre d’une formation à distance au Code de la route, le futur détenteur du permis de conduire bénéficie de leçons comme s’il se rendait en auto-école. Il apprend les fondamentaux de la réglementation sur la route et se familiarise avec toutes les thématiques qui doivent être maîtrisées pour l’examen. Aussi fréquemment qu’il le souhaite, l’apprenti conducteur a la possibilité de tester ses connaissances sur des simulations d’examen. Il travaille à son rythme, révise dès lors qu’il dispose de temps libre et n’a pas besoin de se déplacer régulièrement pour obtenir un enseignement solide et complet.

Les prérequis pour passer le Code de la route en candidat libre

L’enseignement à domicile du Code de la route implique de passer l’examen en candidat libre, puisqu’aucune auto-école n’est sollicitée pour effectuer l’inscription de l’apprenti conducteur. L’épreuve se déroulera, pour le candidat libre, dans un centre agréé par l’État, géré par La Poste ou le groupe SGS : l’examen est identique à celui que passent les personnes inscrites dans une auto-école.

Pour se présenter au Code de la route en candidat libre, il faut s’adresser — selon son département — à la préfecture, la sous-préfecture, la direction départementale des territoires (DDT) ou la direction départementale des territoires et de la mer (DDTM). Sur la ville de Paris, cette démarche doit être accomplie au bureau des permis de conduire de la préfecture de police.

L’inscription implique d’adresser à l’administration compétente une demande de permis de conduire. Parfois, il suffit d’envoyer les documents par courrier mais, à échelle locale, il peut être nécessaire de se déplacer en bureau. Ainsi, avant de remplir les papiers, on conseille de passer un coup de téléphone à la préfecture, la sous-préfecture, la DDT ou la DDTM selon les cas. Le dossier à concevoir comprend un formulaire Cerfa 14866 (ou Cerfa 02) ainsi que le formulaire Cerfa 14948 (ou Cerfa 06) — à renseigner avec de l’encre noire, en majuscules, sans accent ni rature. Plusieurs pièces justificatives sont également nécessaires pour s’inscrire au Code de la route. La constitution du dossier prend un peu de temps, mais elle reste à la portée de tous.

Apprendre le Code de la route à distance : comment faire ?

Il existe de nombreuses solutions permettant de se passer d’une auto-école pour apprendre le Code de la route. En ligne, différents sites web offrent des leçons complètes, constamment mises à jour, pour répondre aux nombreuses modifications intervenant dans le secteur. Il faut naturellement s’assurer d’utiliser un programme à jour pour éviter les mauvaises surprises le jour de l’examen. Pour cela, on conseille aux candidats de s’adresser en priorité à des interlocuteurs qualifiés dans le domaine du Code de la route.

Au quotidien, le futur candidat à l’épreuve théorique générale du permis de conduire dispose de la liberté de s’entraîner quand il le souhaite. Pour plus de mobilité, les programmes imaginés pour apprendre le Code de la route à distance mettent généralement une application pour les smartphones et tablettes à disposition, ce qui simplifie considérablement l’accès à la formation. Des modules pour apprendre toutes les règles à connaître aux tests permettant de se mettre en condition d’examen, tout a été pensé pour être totalement prêt à se présenter au Code de la route.

Dès lors que le candidat se sent capable de passer l’examen, il peut se connecter sur le site d’inscription de La Poste ou de SGS. Les délais de présentation varient en fonction des départements mais, puisque de plus en plus de centres sont ouverts, ils ont tendance à être réduits. Chaque passage implique de régler la somme de 30 €. Autrement dit, pour faire des économies, il faut maximiser ses chances de réussir le Code de la route du premier coup.

Sortir du parcours classique des auto-écoles : les avantages

Se former à distance au Code de la route et passer l’examen en candidat libre permet de sortir du parcours classique autrefois incontournable, celui que proposent les auto-écoles. Concrètement, ces dernières mettent en place des forfaits très coûteux, incluant à la fois les leçons de Code de la route et les cours pratiques avec un enseignant. Généralement, passer le permis de conduire avec une auto-école coûte plus de 1 000 € — et peut, dans certains cas, dépasser les 1 500 €. En choisissant d’être candidat libre, il suffit de payer les 30 € pour passer le Code de la route — sachant que certaines régions pratiquent une taxe sur le permis de conduire (Haute-Corse, Corse du Sud, Réunion, Guyane, Mayotte et Martinique).

Naturellement, des dépenses supplémentaires sont à prévoir pour apprendre à conduire et maîtriser le Code de la route. Le jeune conducteur peut, pour développer ses connaissances pratiques, prendre des cours avec une auto-école en ligne. Il choisit un enseignant et réalise des heures d’entraînement dans une voiture à double-commande, comme en auto-école — mais le prix est nettement plus avantageux. Sur le plan du Code de la route, une formation à distance, très économique et tout aussi qualitative, est vivement conseillée.

Apprendre le Code de la route à distance permet d’avoir plus de libertés : nul besoin de se déplacer en auto-école aux horaires prévus, il suffit de se connecter à une application mobile, d’allumer son ordinateur ou de consulter son livre pour s’entraîner et réviser. Pour un jeune qui n’a, par la force des choses, pas le permis, il est toujours profitable d’éviter les déplacements réguliers. En outre, dès lors qu’il a du temps libre, le futur conducteur peut se lancer dans une session d’entraînement, qu’elle soit courte ou longue.

Se passer des conseils d’un moniteur d’auto-école n’implique pas de diminuer ses chances de réussir à l’examen du Code de la route, bien au contraire. Les connaissances sont faciles à engranger de façon autonome et, s’il le faut, certains programmes d’enseignement à distance permettent de poser des questions à des professionnels. Les offres sont de plus en plus complètes et, quand elles sont sélectionnées par des personnes rigoureuses et assidues, elles offrent toutes les chances d’exceller au permis de conduire.

Comment savoir si je suis en état de conduire ?